Echanges de connaissances

N’évoluant pas seuls, nous sommes amenés à rencontrer d’autres concepts, des systèmes différents.

Ces concepts ont des points communs tels des univers se croisant en un ou plusieurs endroits.

A l’instar de une ou plusieurs pièces de puzzles ayant des formes identiques et contenant des informations différentes, on peut alors, d’un univers à l’autre, faire l’échange de pièces dans un souci d’apprentissage personnel réciproque.

Ainsi, cet échange ou écoute de l’autre permet d’intégrer de nouvelles informations.

En effet, faire entrer dans notre système une pièce coïncidente porteuse d’informations nouvelles est essentiel à l’enrichissement et la continuité de notre enseignement.

Serges Soudoplatoff énonce la règle : 

« Quand on partage un bien matériel on le divise, quand on partage un bien immatériel on le multiplie ».

En somme :

Un savoir + un autre savoir = un 3 ième savoir.

Idriss Aberkane parle de l’économie de la connaissance et montre que l’on peut échanger du savoir sans que la source ne se tarisse. 

« L’économie de la connaissance est une révolution. Elle est aussi différente de l’économie classique que l’était la physique quantique de la physique classique. Tout d’abord la connaissance a deux propriétés sociales : 

  • elle est prolifique – elle double rapidement.
  • elle est collégiale – chacun en possède un petit morceau. 

Ensuite les échanges de connaissances obéissent à trois règles profondément différentes de celles qui régissent les échanges de capital et de matière première.

Règle N°1

Les échanges de connaissances sont à somme positive. 

Si je vous donne de la connaissance, je la possède toujours, alors que si je vous donne 20 euros ils ne sont plus à moi. 

Règle N°2 

Les échanges de connaissance ne sont pas instantanés. Donner 20 euros ou 20 millions d’euros prend virtuellement la même durée : une signature sur un chèque. Si par contre je veux vous donner la chromodynamique quantique cela prendra du temps. 

Règle N°3

Les regroupements de connaissances ne sont pas linéaires.

Posséder 20 euros et 20 euros c’est posséder 40 euros. 

Mais savoir deux choses en même temps c’est plus que savoir deux choses séparément.

Regrouper du capital ne crée pas de capital, mais regrouper de la connaissance crée de nouvelles connaissances. »

Le jeu posture contre posture est en cela un véritable terrain d’expérimentations où les participants échangent de la connaissance et en sortent plus riches.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s