Conséquences d’une mauvaise posture

La posture est une donnée fondamentale pour la santé. Une mauvaise posture aura donc dans le temps des conséquences.

Car en effet, outre la position assise prolongée – de plus en plus courante avec notre mode de vie moderne -, la position debout n’échappe pas à la règle.

L’exagération des courbures vertébrales ainsi que l’hyperextension des genoux, l’enroulement des épaules et la projection de la tête vers l’avant sont autant de mauvaises habitudes qui nuisent à notre posture, en lieu et place d’un alignement articulaire idéal.

Les conséquences sont nombreuses :

  • Douleurs lombaires

Position en antéversion du bassin avec exagération de la lordose lombaire.

Dans cette position le muscle  psoas se trouve en position raccourcie entraînant dans le temps sa contracture.

Les muscles paravertebraux subissent le même sort

Hyperappui des apophyses articulaires postérieures.

Souffrance au niveau des émergences nerveuses -nerf sciatique et nerf crural.

  • Douleurs dorsales

Par exagération de la courbure dorsale entraînant des douleurs par élancement au niveau de la zone centrale du dos (entre les omoplates), mais aussi des douleurs au niveau du cou et des trapèzes avec irradiation possible du moignon de l’épaule aux doigts.

  • Ventre gonflé

La cause est là aussi l’exagération de la lordose lombaire par antéversion du bassin.

Ce défaut de posture entrainant un relâchement jusqu’à un décrochage du muscle abdominal transverse associé à une poussée vers l’avant des viscères.

  • Douleurs de genou

. Par hyperappui de la partie antérieure de l’articulation causée par l’hyperextension du genou

Conflit au niveau du nerf crural

Le relâchement du bassin en antéversion a pour autre effet une douleur par irradiation au niveau du genou suite entre autres aux contractures du psoas et du droit fémoral qui se trouvent en position raccourcie et qui entraînent une gêne soit au niveau de l’émergence nerveuse soit sur son trajet.

. Un faux pied plat

L’effondrement de l’arche interne du pied par relâchement des muscles éverseurs, a pour conséquence une mise en valgus du genou et donc une tension au niveau du ligament latéral interne, un hyperappui articulaire interne et aussi un pincement du ménisque interne.

  • Douleur de l’aponévrose plantaire

La cause est une atonie des muscles éverseurs qui a pour conséquence l’effondrement de l’arche interne et aussi de la position à 45° des pieds.

  • Douleurs d’épaule et du membre supérieur

Du fait de la position enroulée des épaules et aussi de leur projection vers l’avant, les muscles du plan postérieur se trouveront en étirement permanent associé à une atonie et les muscles du plan antérieure se trouveront en position courte, contracturés.

Ce défaut de posture peut entraîner un conflit sous-acromial par élévation du moignon de l’épaule et aussi par une mise en tension permanente des nerfs brachiaux.

Cette dernière pouvant expliquer l’apparition de tendinopathie du coude ou d’un syndrome du canal carpien.

  • Fibromyalgie

. Par irritation du système nerveux

En effet, la mauvaise position vertébrale affecte la capacité du cerveau à communiquer avec le corps (et vis versa).

. Par sollicitation constante de certains muscles au détriment des autres

L’utilisation muscle psoas est perçue par le cerveau comme son utilisation utile pour la course, la fuite.

En réponse il entre graduellement en mode fuite-attaque avec comme conséquences des réactions physiologiques telles que l’augmentation du rythme cardiaque, du rythme respiratoire, de la pression artérielle et du taux de cortisol (hormone du stress).

  • Troubles digestifs

Reflux gastrique, constipation et parfois hernie.

Une mauvaise posture entraîne la compression de l’intestin et de l’estomac provoquant le ralentissement du transit et une diminution de l’absorption des nutriments.

  • Arthrose et ostéoporose

Par une mauvaise répartition des forces et des appuis articulaires et aussi par une sollicitation non optimale des contraintes osseuses – fuite de forces au niveau articulaire- , ces dernières étant vitales à la bonne santé de nos os.

  • Circulations perturbées

La marche avec un faux pied plat utilisé à 45° inhibe l’action du triceps sural qui se trouve être une véritable pompe sanguine luttant contre les effets de la gravité.

L’hyperextension du genou comprime le réseau sanguin et lymphatique -drainage des toxines.

  • Langage corporel

« Votre langage corporel forge qui vous êtes  » Dr Amy Cuddy PhD (TED talks)

Une posture affaissée, repliée indique au cerveau un comportement renfermé, effacé, de dépression, de « vide » d’énergie ainsi qu’une diminution de la confiance en soi.

À l’inverse une posture hypertonique, en extension peut indiquer à votre entourage un problème d’ego et là aussi… de confiance en soi.